Tel chien, tel maître…


Vous avez sûrement déjà entendu cette phrase quelque part, mais savez-vous réellement ce qu’elle veut dire? Bien que Walt Disney l’ait caricaturée dans le film Les 101 dalmatiens, la physionomie du chien n’est pas nécessairement celle de son propriétaire. Malgré tout, les comportements du chien reflètent très souvent ceux de leurs propriétaires!

Le chien qui souffre d’insécurité, de manque de confiance en lui… aura souvent un propriétaire qui souffrira lui aussi d’insécurité et de manque de confiance en soi!

Les troubles du comportement que vous observez chez votre chien reflètent bien souvent vos peurs, vos inconforts, etc. Ces troubles sont de simples symptômes d’une relation Homme-chien déficiente.

La thérapie comportementale ne doit pas être effectuée uniquement sur le chien. Elle doit inclure la famille humaine qui partage la vie de ce chien!

C’est bien plus simple de penser que le chien ne doive pas :

–         dormir dans la chambre ou sur le lit du propriétaire

–         manger avant ou en même temps que son propriétaire

–         monter sur les meubles (canapé, fauteuil, etc.)

–         désobéir

Pour travailler en relation d’aide afin de traiter les troubles du comportement, vous devez non seulement bien connaître le chien, mais bien connaître la psychologie humaine également!

Vous devez posséder des connaissances en éthologie du chien, en approche systémique, en coaching familial. Bref, vous devez être capable d’observer et d’interpréter les signes transmis par l’Homme et exprimés par les attitudes de son chien.

La théorie de la hiérarchie de meute et de la dominance, pour expliquer les comportements du chien, est erronée. Certains chiens sont décrits comme des êtres dominants, ce qui est un usage incorrect du mot. Le terme dominant décrit la relation entre un couple d’individus de la même espèce! Un chien ne peut pas dominer un humain. Un humain ne peut pas dominer un chien. La dominance n’est pas un trait de personnalité, mais plutôt une attitude qu’un individu démontre pour obtenir un avantage (un jouet, de la nourriture, etc.) au sein d’une même espèce, et cette dominance est aléatoire.

Dans un groupe familial comprenant plusieurs chiens, le chien dominant ne sera pas toujours le même, et cette dominance sera influencée par l’environnement et par les hormones. Deux femelles peuvent s’entendre très bien pendant des mois puis, subitement, l’une d’elles peut déclarer la guerre et vouloir dominer l’autre tout simplement parce qu’elle commence ses chaleurs.

Trois chiens vivent dans le même groupe familial. L’un sera dominant pour la nourriture, voulant toujours manger le premier. L’autre sera dominant pour le jeu, étant le premier à prendre le jouet ou à inviter les autres à jouer. Le troisième sera dominant pour le lieu du dodo, choisissant toujours le meilleur coussin. La dominance au sein d’une espère peut fluctuer au gré des activités et des « hormones ».

Le chien qui démontre un comportement agressif pour obtenir ce qu’il veut n’est pas dominant. Son agressivité est un signe direct d’anxiété, d’instabilité émotive ou de peur face à la situation. Quand un chien démontre un problème de comportement, le professionnel canin doit favoriser la modification de ce comportement indésirable en mettant en œuvre une thérapie comportementale adaptée. L’obéissance est un travail, jamais une thérapie!

Pour établir une thérapie du comportement, on doit d’abord connaître la motivation du chien et trouver la cause de ce comportement inadapté. Tout en aidant le propriétaire à comprendre pourquoi son chien agit ainsi, vous devez lui offrir l’aide dont il a besoin pour mettre en pratique une rééducation efficace basée sur la relation Homme-chien. L’équilibre doit être obtenu pour réussir la thérapie.

Trop souvent, on dit aux propriétaires de chiens d’être le chef de meute, le dominant. Cette approche ne favorise pas la relation Homme-chien. Au contraire, elle favorise le développement de comportements de peur, d’anxiété ou d’agressivité.

C’est un manque au niveau de la communication interspécifique (différentes espèces) Homme-chien qui cause les problèmes du comportement. C’est votre responsabilité de lui apprendre les comportements appropriés au sein de votre environnement. Vous devez récompenser les comportements adéquats, car en les récompensant, vous augmenterez leur incidence. En ce qui concerne les comportements inadéquats, vous devez guider votre chien vers la bonne réponse de façon constructive, sans violence (coups, cris). La violence engendre l’anxiété et la peur.

Renverser un chien sur le dos ou le secouer par la peau du cou n’a aucune raison d’être dans l’éducation du chien. Ces actions créént des peurs et de l’anxiété inutiles. Au lieu de prouver à votre chien que vous êtes le chef, vous lui enseignez que vous êtes dangereux et qu’il doit vous éviter ou vous détruire (agression par la peur).

Plutôt que de parler de dominance, on doit parler de leadership, obtenir une vie commune agréable et sans confrontation. Le leadership a pour objectif de renforcer le lien Homme-chien et d’enseigner aux propriétaires des moyens plus efficaces de communiquer avec son chien.

Rien dans la vie n’est gratuit!eduquer_02

Le chien doit faire quelque chose pour obtenir ce qu’il veut. Il doit s’asseoir avant d’obtenir son bol de nourriture. Il doit s’asseoir avant d’obtenir une caresse. Il doit donner la patte avant d’obtenir une gâterie. Il doit faire ses besoins avant d’aller en promenade.

Le leadership est efficace, parce que le chien apprend des règles qui sont constamment renforcées par les attitudes du propriétaire.

Lorsque vous devrez choisir un professionnel canin pour vous aider à éduquer ou à rééduquer votre chien, vous devez garder à l’esprit qu’il existe de nombreuses méthodologies et philosophies et que plusieurs sont erronées.

Posez des questions et demandez au professionnel ce qu’il pense de la dominance et de l’obéissance. Ses réponses vous aideront à comprendre la philosophie du professionnel devant vous. Utilise-t-il la force physique ou l’intimidation pour se faire obéir? Les cours qu’il offre sont-ils axés sur l’obéissance ou l’éducation?

Le vrai professionnel canin se doit d’être à la fine pointe des derniers concepts scientifiques et capable d’utiliser tous les accessoires développés en éducation canine, et ce, de la meilleure façon qui soit. L’obéissance n’est qu’un travail. ation, c’est le savoir-vivre indispensable dans un environnement humain.