Rawdon accueille la troisième compétition provinciale de ski joring


ski_joring1Lors de la parution du numéro de février, je vous ai présenté le ski joring, un sport équestre hivernal. Je vous avais également précisé que nous serions présents lors de la prochaine compétition, qui devait de dérouler aux chutes de Dorwin, à Rawdon. Eh bien, tel que promis, je me suis déplacée pour vous, et j’ai eu la chance de voir se dérouler ce sport empreint d’adrénaline et de vitesse.

La température était clémente en ce dimanche 19 février 2012. D’ailleurs, il faisait si beau que j’ai bien cru, à un moment, que la compétition n’aurait pas lieu tant les dernières températures douces avaient fait fondre la neige. Je contacte donc M. Caron, président de la NASJE, qui me confirme, le matin du 19, que la compétition aura bel et bien lieu et que la température est tout à fait parfaite.

Je quitte alors la Mauricie pour me rendre dans Lanaudière, plus précisément aux chutes de Dorwin, à Rawdon. À mon arrivée, l’endroit est déjà bondé. Plusieurs camions avec leurs remorques prennent place dans le stationnement, les chevaux sont sagement attachés aux fourgonnettes, picolant un peu de foin, en attendant de repartir faire leur travail. Je croise une cavalière avec une jeune fille en ski qui tient sa corde lâchement. Elle discute avec la cavalière en anglais. À voir l’enthousiasme de la seconde, je comprends qu’elle vient de terminer son parcours.

Intéressée, je m’avance vers la piste aménagée devant moi. Je traverse le stationnement et je contourne une masse de curieux qui se sont installés le long de la piste. Puis, j’entends dans un haut-parleur : « The next team is, la prochaine équipe est »… puis s’ensuit une course folle. Un cavalier prend une courbe au galop, la neige virevolte derrière lui, tractant, dans son sillage, un skieur à pleine vitesse. Celui-ci attrape des anneaux placés sur la piste, puis il fait un slalom pour emprunter une petite bosse située sur le côté droit. Il fait alors un léger saut sans tomber, puis l’équipe passe devant moi pour aller terminer sa course dans un petit bois, un peu plus loin.

dscf4340C’est assez impressionnant à voir. Même pour une personne qui fait de l’équitation, c’est tout simplement merveilleux de voir cette équipe parcourir ces quelques mille mètres jonchés d’obstacles et de défi s, tant pour la monture qui tracte avec vitalité que pour le cavalier qui doit manœuvrer la charge du skieur en mouvement et l’agilité du skieur lui-même, qui doit maintenir la corde de traction a une main et attraper des anneaux de l’autre, tout en effectuant des slaloms rapides de gauche à droite. Il faut le voir pour ressentir la sensation qui anime la foule.

Il y avait des équipes québécoises, canadiennes et américaines. Et, pour la première fois, nous avons eu droit à une prestation avec des planchistes. Tout un spectacle. Sur trois départs, un seul a réussi le parcours avec succès, mais ce sont des choses qui arrivent. Parfois, il arrive également que des accidents surviennent. Lors de mon passage, un cavalier est tombé avec son cheval dans une courbe. Ce dernier s’est blessé aux pattes. Il serait juste de préciser que le port d’équipement de protection est recommandé lors de la pratique de ce sport.

Les organisateurs ont même pensé aux spectateurs en leur proposant une balade en traîneau, qui était attelé à deux superbes belges. Les gens ont bien apprécié cette initiative, au bonheur des petits et des grands.

skijoring2La compétition fut un franc succès. Le circuit provincial a continué sa tournée avec une compétition au Lac Brome, et la finale a eu lieu à Falardeau, au Saguenay, le 18 mars dernier. Comme quoi l’engouement pour ce sport est de plus en plus fleurissant. Si vous avez l’occasion de passer voir cet événement, profitez-en pour découvrir ce sport fascinant.