Qui est Ekasringa


chevaux-93En quoi consiste la coopérative Ekasringa?

La formation du Cirque équestre coopératif Ekasringa a débuté en 2011, conséquence d’une série de rencontres de passionnés de chevaux, de spectacles et d’art du cirque. La volonté de chaque membre et un vent de folie nous a menés à cette aventure fantastique qu’est la création d’une coopérative à but non lucratif ayant pour mission d’organiser et de produire des spectacles de cirque équestre, en piste ronde, où l’artiste est proche de son public. C’est en effet dans une formule imaginative qu’Ekasringa invite le public à découvrir le dressage d’animaux, principalement les chevaux, de façon respectueuse et naturelle. De plus, développer l’art équestre auprès de la jeunesse, afin d’en assurer la relève et susciter l’intérêt à un tel épanouissement, fait aussi partie du mandat que se donne Ekasringa.

Et pour la petite histoire, Ekasringa (corne unique) est un personnage indien à l’origine du mythe de la licorne. Le conte d’Ekasringa, issu de la littérature sanskrite, aurait influencé durablement l’Occident chrétien et forge, après de nombreux remaniements, la légende de l’apparition merveilleuse d’un animal surmonté d’une corne en ivoire, qui ne peut être capturé que par une jeune fille. (source : Wikipédia)

Pourquoi Mirabilia?

Mirabilia signifie « merveille » en latin, et le merveilleux est illustré par l’art. Le spectacle Mirabilia tourne autour de l’art : l’art équestre, l’art de rue, l’art du cirque, la danse, mais aussi la peinture, la sculpture et la musique.

Dans ce spectacle, on entre dans l’imaginaire d’un travailleur, M. René, qui, en découvrant des œuvres dans un atelier d’artiste, les imagine en mouvement. Ainsi, les personnages sortent des toiles afin d’évoluer sur scène en un ballet tourbillonnant.

En se rendant au spectacle, à quoi nous devons nous attendre?

Il faut s’attendre à rire beaucoup. C’est un spectacle de cirque équestre, très énergique et coloré, dans lequel on verra du dressage artistique, des chorégraphies équestres, de la voltige à cheval, des numéros animaliers, de la jonglerie, de la danse et, surtout, beaucoup d’humour. Dès l’arrivée sur les lieux, le spectateur est transporté dans une ambiance foraine : chapiteau, musique, lumières, barbe à papa et vin chaud… Le public est assuré de passer un moment festif, très divertissant, quel que soit son âge. Le chapiteau ne compte que 300 places seulement, de manière à favoriser la rencontre entre les artistes et les spectateurs.chevaux-19

La présence du duo de clowns jongleurs équilibristes Nez à Nez (Mlle Odette et M. René) est un point fort du spectacle. Accompagnés de leur âne Pépinot, ils sont totalement irrésistibles.

Les animaux (chevaux, âne, chien et cochon) sont évidemment les vedettes du spectacle. Les chevaux danseurs évoluent avec grâce et harmonie, en complicité unique avec leurs cavalières et dresseuses. Ils sont toujours émouvants et ils incarnent parfaitement les merveilles sorties des toiles. L’âne Pépinot, très facétieux, forme un duo fort drôle avec M. René. L’agile chien Farfelu, amoureux de ses poneys, excellent «cavalier» et véritable «bête de scène», séduit son public à tous les coups, et le sympathique Idéfix, cochon vietnamien, qui rivalise avec Farfelu à sa manière, conquiert les cœurs.

Une troupe de danse à claquette, Nouvelle Époque, composée d’une dizaine de danseurs, rythme le spectacle de leurs soliers ferrés. Leur dextérité est impressionnante et ils s’accordent parfaitement au pas des chevaux.

Vous avez sélectionné le parc régional de Bois de Belle-Rivière. Pourquoi celui-ci plus qu’un autre?

Le parc éducatif Bois de Belle-Rivière, site bien connu dans la région de Mirabel, est superbe et on y découvre une ambiance champêtre, en parfait accord avec le projet de cirque équestre. Les spectateurs pourront profiter du parc, lieu de nature magnifique, que ce soit avant ou après le spectacle. Son accessibilité, sa vocation récréo-touristique et éducative ainsi que le chaleureux accueil que nous avons reçu font du parc Bois de Belle-Rivière un lieu idéal pour la présentation de notre spectacle.

Prévoyez-vous des représentations annuelles?

Actuellement, nous envisageons des productions ponctuelles, comme Mirabilia, qui sera joué 10 fois du 21 au 30 septembre 2012. Une fois les représentations de Mirabel achevées, nous comptons proposer le spectacle ailleurs au Québec. Nous produirons un spectacle différent chaque année, toujours à Mirabel, base de notre coopérative. À long terme, nous prévoyons effectivement avoir plus de représentations, et ce, sur une base saisonnière estivale et automnale.

Qui est Frédérique Foiret?

Je suis une grande passionnée des chevaux et j’ai décidé de leur consacrer ma vie.

J’ai commencé à monter à cheval à l’âge de neuf ans pour ne plus jamais m’arrêter! J’ai tout essayé avec les chevaux : la randonnée, les compétitions classiques en dressage, le saut d’obstacles et le concours complet (ma discipline préférée!), l’attelage, la course, l’équitation western… mais c’est le spectacle et l’équitation artistique qui me rejoignent le plus. En effet, je me suis toujours intéressé à l’art sous toutes ses formes, et j’ai notamment étudié en art visuel et en théâtre.

Je suis née en France, j’y ai passé un diplôme d’enseignement de l’équitation (entraîneur niveau 2), puis j’ai immigré au Québec à l’âge de 22 ans pour y fonder ma propre école d’équitation. C’est dans ce contexte-là que j’ai exploré l’entraînement du cheval vers une forme plus créative, orientée vers l’écoute de l’animal et la mise en valeur de son talent. Pour moi, le cheval est un être magnifique doué d’une grande expressivité et capable de mouvements qui allient grâce et force. Il est à la fois l’artiste et l’œuvre d’art. C’est en dressant mes chevaux et poneys que je développe ma complicité avec eux, que je les découvre et les révèle : danseurs, clowns, comédiens, sculptures vivantes et mouvantes… selon leurs capacités, ils sont dirigés vers les figures de cirque, la haute­-école, la voltige; chacun est unique. Je créé mes numéros pour le cheval, en fonction de sa personnalité. chevaux-24

Quel est votre cheminement dans le domaine du spectacle équestre?

C’est la rencontre avec un fantastique poney, en 1997, qui m’a amenée au spectacle équestre. J’ai acheté Yoda à l’âge de trois ans , un poney croisé arabe de 12,3 mains qui avait la réputation d’être complètement fou. J’ai découvert un être extrêmement sensible et intelligent, qui me devançait dans l’apprentissage. Il m’a beaucoup appris et est toujours mon roi de la piste. C’est avec lui que j’ai créé mon premier numéro, ce qui m’a valu d’intégrer une troupe de spectacle régionale. En parallèle, j’ai entraîné des chevaux en dressage artistique monté et j’ai créé de nouveaux numéros. Dans les années suivantes, j’ai orienté mon école vers l’art équestre et j’ai écrit et mis en scène plusieurs spectacles écoles, tout en poursuivant une carrière personnelle d’artiste équestre.

En 2011, avec Lorraine Gaudreau, de la troupe de danse « Nouvelle époque », j’ai coécrit et mis en scène le spectacle Cabrioles, produit par le Site de la Nouvelle-France au Saguenay, et qui a été présenté du début juin à la fin du mois d’août (70 représentations). Dans ce spectacle, j’accompagnais mes chevaux et mon chien Farfelu, en tant qu’artiste équestre. C’est à la suite de ces diverses expériences créatives que j’ai initié la fondation du Cirque équestre coopératif Ekasringa afin de produire nos propres spectacles.

Comment avez-vous sélectionné la troupe?

La troupe s’est formée par elle-même : un regroupement d’artistes et de personnes aux compétences complémentaires, aux intérêts communs, emballés à l’idée de vivre une aventure ensemble. Même si je suis l’axe central au départ, Ekasringa a vu le jour par l’engagement personnel de chacun. Il y a quelque chose d’un peu magique dans le « timing » de cette série de rencontres et de l’envie de chacun d’aller vers un grand projet. Chaque personne du groupe apporte une compétence particulière : organisation d’événements, graphisme et promotion, technique de scène, écriture de spectacles, création de costumes et de décors, enseignement de l’équitation, comptabilité avec, bien sûr, plusieurs artistes tels que les Nez à Nez, la troupe de danse Nouvelle Époque, moi-même, avec ma troupe de chevaux et de cavaliers, ainsi que mon conjoint, qui est l’entraîneur de notre fameux cochon Idéfix. Une voltigeuse française s’est jointe à nous, référée par une cavalière d’un précédent spectacle.

Et les animaux? Combien participeront au spectacle?

Nous aurons six chevaux : quatre purs canadiens, race nationale dont le berceau est au Québec, Ménélik, Kondor, Rex et Matt. Ils présenteront notamment un quadrille de canadiens, soit une chorégraphie de dressage à quatre. Un lusitanien (race originaire du Portugal), vibrante, spécialisé en dressage artistique, et un American Spotted Draft, Sir John-Henry, grand cheval de voltige.

Ensuite, nous avons trois poneys, dont l’extraordinaire Yoda, spécialisé en figures de cirque et travail de dressage artistique de haute-école. Les deux autres, Casimir et Chiquito, sont les partenaires préférés de Farfelu, notre chien voltigeur.chevaux-56

Pépinot l’âne rigolo, Farfelu le chien cavalier voltigeur et Idéfix le cochon le plus « cool » du monde (surnom donné par une de ses admiratrices) complètent la troupe d’animaux qui est au nombre de 10.

À qui appartiennent-ils?

Pépinot est l’âne de M. René, les chevaux canadiens Kondor et Matt appartiennent à Natacha Tremblay et Laure Denig respectivement, cavalières de spectacle, et les autres poneys, chevaux, chien et cochon sont tous à moi, bien que j’aie souvent l’impression que ce soit moi qui leur appartienne!

En terminant, où pouvons-nous nous procurer des billets?

Sur notre site internet, au http://www.cirqueequestre.com/. Vous pouvez les acheter en ligne via PayPal.

Au parc éducatif Bois de Belle Rivière, à Mirabel. Tél : 450-258-4924

À la boutique équestre Idhalgo, à Joliette. Tél. : 450-753-4027

[a1]Elle était âgée de 3 ans ou le poney était âgé de 3 ans???