Mon chien gruge et détruit tout…


« Quand je m’absente, mon chien gruge et détruit tout : la télécommande de la télé, le livre oublié sur la table du salon, la plante dans l’entrée, la marche de l’escalier, le contenu de la poubelle, le mur… bref, il se transforme en véritable tornade détruisant tout sur son passage! »

« Dès qu’il en a la chance, il fugue! J’ai beau faire tout ce que l’éducateur canin m’a appris, il fugue toujours. Pourtant, jamais je ne le punis quand il revient! »

« Il a peur de tout : le séchoir à cheveux, l’aspirateur, le lave-vaisselle, les enfants dans la cour voisine… Il a peur du bruit. »

Ces chiens sont tous des mésadaptés sociaux. Ils souffrent et ont de la difficulté à s’adapter à leur milieu de vie. Au lieu d’aider leur chien à retrouver un meilleur équilibre en investissant l’énergie et le temps nécessaires à la rééducation, la majorité des propriétaires de chiens recherchent la façon rapide, le remède miracle. « Quoi faire pour empêcher mon chien de faire ceci ou cela? »

Pire que tout, c’est la fermeture d’esprit du client avec son : « Oui, mais… ».

« Oui, mais mes autres chiens n’ont jamais fait ça! » « Oui, mais je n’ai pas le temps! » « Oui, mais ça coûte cher! » « Oui, mais l’autre éducateur ou l’autre maître-chien m’avait dit de faire ça, donc c’est ce que j’ai fait. » « Oui, mais ça fait déjà trois professionnels que je consulte pour mon chien et je ne veux plus dépenser, parce que ça ne fonctionne pas! » « Oui, mais sur tel site ou tel forum j’ai lu que… »

En comportement, le remède miracle n’existe pas! Le propriétaire du chien doit en être conscient et doit vouloir investir son temps et son énergie quotidiennement sur une période de plusieurs semaines, voire parfois plusieurs mois, selon le cas, pour obtenir un chien équilibré au comportement adéquat pour son style de vie… tout en tenant compte des besoins réels du chien et de sa personnalité.

Chien qui a détruit un toutou

Un chien n’est pas tous les chiens. Comme l’enfant, chaque chien possède sa propre personnalité, son propre caractère. Le tempérament d’une race est une généralité. Quand on dit que le Boxer est un bon chien de garde dans la description du tempérament de la race, on ne peut jamais prétendre que tous les Boxers sont automatiquement de bons chiens de garde. Chaque chiot Boxer d’une même portée possède son caractère individuel, sa personnalité. L’un sera très joueur voire bouffon, alors que l’autre sera plus calme et travaillant.

Le temps, c’est de l’argent! Vous avez raison. Malheureusement, le truc facile, le truc magique pour stopper un comportement inadéquat sur une longue période n’existe pas. Ça me fait penser à ce client qui avait consulté un professionnel d’un centre canin montréalais pour son chien qui creusait dans sa cour… et qui avait obtenu comme truc rapide de mettre de l’eau dans le trou, d’y mettre la tête du chien et, quand il n’y aurait plus de bulles, le chien ne creuserait plus. Ou encore cet autre professionnel qui lui avait dit d’utiliser un lance-pierres pour lancer un caillou sur le chien quand il creusait.

Les services d’un professionnel canin ne sont jamais gratuits. En fait, personne ne travaille gratuitement, parce qu’on a tous des factures à payer. Le bénévolat, c’est bien quand on n’a pas de factures à payer ou qu’on a du temps à donner pour aider les animaux abandonnés. Quand on a un problème avec son chien et qu’on veut consulter quelqu’un de compétent, il faut s’attendre à ce que ce professionnel demande des honoraires. Mais payer pour obtenir l’information ou l’aide recherchée n’est malheureusement pas toujours signe de compétence.

Qu’est-ce qu’un professionnel canin compétent? Voilà la question à un million…

Même si, actuellement, il n’existe aucune formation reconnue au Québec pour les métiers reliés à l’éducation canine et au comportement canin (autre que vétérinaire, comportementaliste ou éthologue), il existe tout de même certaines formations privées.

Chien sur un divan détruitSuivre une formation est un minimum. Et, parmi les diplômés de ces différentes formations, tous ne seront pas automatiquement compétents. Il faut être doté du gros bon sens (GBS) pour savoir interpréter les comportements et développer des moyens efficaces pour réorienter le chien vers une réponse acceptable à long terme pour son propriétaire. Il faut un sens de l’observation inné pour savoir lire le comportement du chien en général.

Le métier du chien s’apprend, mais le professionnel doit d’abord et avant tout avoir la fibre canine. Aucune formation, livre ou vidéo ne pourront l’inculquer. On naît avec. On l’a ou on ne l’a pas. Savoir parler chien est un art qui demande une certaine connaissance, mais surtout un sens inné de l’observation et de l’analyse. Savoir parler chien, c’est savoir les aider. De plus, il faut savoir transmettre cette information aux clients et les aider à développer des stratégies gagnantes pour consolider leur lien Humain-Chien.

Le vrai professionnel canin discute et échange avec les autres professionnels du milieu. Il participe à des séminaires et des conférences. Il sait s’adapter. Il connaît ses limites et n’hésite jamais à référer à plus compétent que lui. Le vrai professionnel canin sait qu’il ne saura jamais tout…