Les séquelles du décès chez nos compagnons


Bien que le sujet soit plutôt triste, il faut tout de même en parler.

Toutes les situations de décès sont différentes, tout comme le sont les séquelles qui s’en suivent. Les humains et les chiens réagissent tous différemment. En effet, le deuil peut durer 10 jours comme il peut durer 10 ans.

Chez le chien, certains signes sont plus évidents que d’autres, comme une extrême déprime, alors que d’autres signes peuvent passer inaperçus.

Human hand is touching a cute little doggie paw through a fence of a adoption centre.

Malheureusement, dans la relation parfaite existant entre l’humain et le chien, il y a parfois des adieux forcés. Le décès est souvent l’une des tristesses qui nous envahit.

Voici quelques histoires de décès :

Été 2010. Subitement, au cours de la nuit, Mme Dee (âgée de 80 ans) décède dans sa maison, en présence de son chien Pompon.

Pompon est un chien âgé de 10 ans qui a passé toute sa vie avec Mme Dee. Ils étaient toujours ensemble : elle le sortait, lui donnait à manger, lui donnait ses soins et ils dormaient ensemble. M. Dee, lui, avait une relation très différente avec Pompon : le chien était jaloux et ne laissait pas M. Dee approcher Mme Dee. Pour Pompon, il n’y avait que Mme Dee.

Pompon n’était plus joyeux, il n’avait plus de raison d’être et plus personne à suivre. Il a décidé de se laisser aller, de faire le strict minimum : manger, dormir et sortir de force pour ses besoins. La nuit, il retournait dans la chambre de Mme Dee, même si M. Dee l’invitait dans la sienne. Pendant un an, Pompon vivait dans la peine avec M. Dee. Par la suite, M. Dee et Pompon ont tranquillement repris goût à la vie et ont appris à vivre ensemble. Pompon a enfin compris qu’il n’y avait désormais que M. Dee qui pouvait et voulait prendre soin de lui, et ils ont appris à vivre en harmonie tous les deux.

Janvier 2012. Kimo, un chien de sept ans, était malade depuis un an et demi (problème gastrique). C’était un chien avec une joie de vivre incroyable, accompagné de son petit compagnon Sam, qui est arrivé dans sa vie à l’âge d’un an. Sam imitait tout ce que son nouveau grand frère faisait. Il avait la tranquillité d’être protégé et accepté par le grand Kimo.

Two puppies black labrador retriever, one sleeps, another looks

Toutefois, après un an et demi de problèmes de santé, Kimo était au bout de sa flamme et ne pouvait plus continuer. La douleur trop forte lui enlevait toute joie de vivre. Après un long12 heures de crise gastrique avec des douleurs insupportables, le vétérinaire a dû le délivrer de sa souffrance.

Sam était nerveux, il jappait après le vétérinaire, il ne voulait pas qu’il approche Kimo, et encore moins qu’il le touche. Les maîtres ont été obligés de corriger Sam et de lui ordonner d’aller se coucher. Il est allé se coucher collé contre Kimo. Une première injection a été donnée à Kimo pour le calmer, alors Sam s’est calmé également. Après quelque temps, le vétérinaire lui a donné la deuxième injection et Kimo s’est endormi paisiblement dans l’amour, la paix et la délivrance de la douleur qui l’habitait. Sam renifla Kimo, se retourna la tête et quitta pour aller se coucher sur son coussin. Pour Sam, Kimo n’était plus là, alors il n’y avait plus d’intérêt.

Le reste de la semaine, Sam était triste, il ne mangeait pas, il était déprimé et ne voulait plus sortir. Il cherchait Kimo et l’attendait pour jouer et aller dehors. Les maîtres ont tout de suite réalisé que Sam n’allait pas bien du tout et ils ont temporairement remplacé la place de Kimo en l’encourageant à sortir et à manger, avec la chance de se découvrir lui-même et d’apprendre à vivre sans grand frère. La deuxième semaine, Sam a commencé à remplacer Kimo (à sa manière), mais il n’a pas exactement le même caractère que Kimo, alors le résultat n’était pas le même.

Sam était plus nerveux et plus jappeur, mais grâce à ses maîtres, il apprend à devenir un bon citoyen canin.

Very sad looking, very old Labrador retriever.

La peine d’un décès est tellement intense que la douleur que nous ressentons affecte tous les êtres autour de nous. Quand une personne ou un chien décède, il est normal de se fermer émotivement, mais faites attention, il reste des gens et/ou des chiens avec vous, et ils vont vous suivre dans vos émotions et vos gestes. Les chiens acceptent les situations comme elles sont et vivent dans le présent.

Malheureusement, il faut se prendre en main le plus vite possible pour votre bien à vous ainsi que pour le bien des autres qui vous entourent. Si vous être triste et/ou dépressif, si vous ne voulez plus manger ou sortir, votre chien va suivre vos humeurs. Il ressentira votre douleur et réagira en conséquence. Il peut devenir jappeur, protecteur, dépressif, agressif, peureux, nerveux ou avoir d’autres comportements indésirables. Souvenez-vous qu’il reste des gens et des chiens après la tragédie, et qu’ils ont droit à une vie joyeuse et, si vous n’aviez qu’un seul chien, après votre deuil bien terminé, il y a un autre chien qui sera prêt à recevoir votre affection.