Les chats de Montréal aussi touchés par le nouveau règlement

depositphotos_5832706_originalDepuis le dépôt du projet de règlement concernant le contrôle des animaux, la discussion s’est concentrée sur le sort réservé aux chiens de type Pitbull et les chiens de plus de 20 kg. Par contre, il ne faudrait pas oublier que les chats sont aussi grandement affectés par celui-ci.

En effet, dès la première page on constate que tout animal qui n’est pas tenu en laisse, qui n’est pas accompagné par une personne capable de le maîtriser et qui n’est pas sur le terrain de son propriétaire, sera considéré comme étant errant et donc, une nuisance.

Ce qu’il faut comprendre ici, c’est que les chats habitués à se balader librement dans leur quartier, ne pourront plus le faire. Ils doivent donc être tenus en laisse, sous peine de se voir capturés et gardés en refuge par les « autorités compétentes », qui pourront après un délai de 72 heures soit faire adopter l’animal, ou le mettre à mort. Par contre, un chat qui ne porte pas la médaille obligatoire de la Ville ou qui n’est pas muni d’une micropuce et qui n’est pas stérilisé, pourra être mis en adoption après un délai de seulement 24 heures suivant sa mise en refuge !

errant_01aEt qu’adviendra-t-il des chats dits communautaires ? La Ville les définit ainsi : chat inscrit à un programme capture – stérilisation – vaccination– retour, c’est-à-dire un programme visant à stériliser, marquer et vacciner les chats féraux, soit des chats vivant dans un état semi-sauvage et qui ne peuvent être confinés à l’intérieur d’une unité d’habitation, puis à les retourner au lieu où ils ont été capturés et où au moins une personne agit auprès d’eux comme gardien.

Quand on sait que les chats communautaires ne sont pas tous nécessairement inscrits en tant que tel et donc considérés comme étant errants et constituant une nuisance, que le règlement stipule qu’il est interdit de nourrir les animaux errants sous peine d’amende, on peut effectivement craindre pour le futur de la majorité des chats montréalais, qu’ils soient errants ou non.