La SPCA de Montréal fait pression sur Montréal


Depositphotos_37752563_originalC’est par communiqué que la SPCA de Montréal a annoncé le 7 septembre dernier que si la ville de Montréal votait en faveur du règlement visant les chiens de type Pitbull, l’organisme exclurait le volet canin de ses contrats de services animaliers et ce, dès le mois de janvier 2017.

Invoquant la mission première de la SPCA qui est de protéger les animaux, le directeur général M. Benoit Tremblay a déclaré : « Comme tout organisme, nous devons prendre des orientations qui respectent nos valeurs fondamentales. Contribuer à un système qui, ultimement, conduirait à l’euthanasie d’animaux en parfaite santé qui ne présentent aucun danger est un pas que la SPCA de Montréal ne peut pas franchir ».

 

depositphotos_77419926_originalToutefois, la SPCA maintiendra ses services dans les arrondissements qu’elle dessert pour ce qui est de la gestion des autres animaux, dont les chats et les animaux exotiques et poursuivra ses programmes de capture-stérilisation-relâche et de stérilisation ciblée pour les familles à faible revenu.

Concernant l’adoption possible du règlement visant les chiens de type Pitbull, Me Alanna Devine, directrice de la défense des animaux, a dit ceci : « Nous espérons que le règlement sur le contrôle des animaux ne sera pas adopté le 26 septembre et que nous n’aurons pas à modifier nos ententes avec les arrondissements. Nous allons poursuivre nos démarches auprès des élus de Montréal et répéter que la sécurité des citoyens est tout à fait compatible avec le respect et le bien-être des animaux. La SPCA de Montréal a toujours agi en ce sens et entend continuer à mettre de l’avant ce principe »

Anie Samson, vice-présidente du comité exécutif de la ville de Montréal, a affirmé que l’administration ira de l’avant avec son règlement. On ne sait pas, par contre, ce que fera la Ville quand elle n’aura plus accès aux services de la SPCA.