La saison des déménagements et nos animaux


La saison des déménagements est à nos portes, et déjà, les refuges débordent. À titre d’exemple, la SPCA de Montréal voit le nombre d’abandons passer d’environ 600 animaux par mois à plus de 1600! Malheureusement, une trop grande proportion de ces animaux devra être mis à mort par manque de place dans les refuges et d’adoptants.
C’est bien connu, les québécois sont les champions du déménagement, mais aussi de l’abandon de leur animal de compagnie. Il existe toutefois des solutions à ce problème, qui ne demandent qu’un peu de bonne volonté de part et d’autre. En voici quelques-unes.

Empêcher la discrimination
Il est de plus en plus difficile pour les familles de trouver un logement abordable où les animaux de compagnie sont acceptés. Certains propriétaires d’immeubles locatifs acceptent les chats, d’autres permettent les chiens de petite taille, alors que d’autres n’en acceptent aucun. Il en est de même dans les résidences pour aînés. Ces familles se retrouvent donc dans une situation où ils n’ont d’autres choix que d’abandonner leur animal. Refuser à une personne ou une famille un logement parce que celle-ci a un chien ou un chat est une forme de discrimination qui n’a pas sa place dans notre société. Si le gouvernement du Québec tient vraiment à améliorer le sort des animaux de compagnie, il doit se pencher sur cette question et empêcher cette forme de discrimination en obligeant les propriétaires d’immeubles locatifs et de résidences pour aînés d’accepter les chats et les chiens dans leurs logements. Si l’Ontario a pu le faire, il n’y a aucune raison pour que le Québec ne protège les familles et leurs animaux.

Décourager les propriétaires fautifs d’animaux de compagnie
Le Québec est reconnu pour être un des endroits où il s’abandonne le plus d’animaux annuellement. Les campagnes de sensibilisation ont un certain effet, mais ce n’est encore pas assez pour faire réellement diminuer les abandons. Nous voyons trop souvent des chiens et des chats lâchement abandonnés dans un logement vide, ou dans la rue, quand la période des déménagements arrive. Si chaque animal vendu en animalerie ou adopté en refuge était muni d’une micropuce contenant les informations de son propriétaire, il serait plus facile de retracer ces personnes et de les mettre à l’amende (n’oubliez pas que d’abandonner son animal ainsi constitue de la cruauté animale). Peut-être que ceci en empêcherait quelques-uns de laisser leur animal derrière, sans eau ni nourriture et traumatisé dans un logement vide.

D’autres solutions pour les propriétaires d’animaux de compagnie
Trouver un logement adéquat et qui accepte les animaux est difficile. De là l’importance de débuter ses recherches le plus tôt possible, pour éviter de se retrouver avec comme seule option de devoir abandonner son animal. Les réseaux sociaux peuvent vous aider, grâce au bouche-à-oreille, à trouver un logement où les animaux sont permis. Affichez votre demande sur les sites de petites annonces, dans les journaux locaux, etc. Bref, contactez le plus de gens possible!

La plupart des propriétaires d’immeubles locatifs craignent les dégâts et les dérangements que peuvent occasionner la présence d’un animal. Cependant, beaucoup accepteront votre famille et votre animal si vous leur offrez une caution. Bien sûr, si votre animal a des problèmes de comportement, que ce soit des jappements excessifs ou qu’il n’est pas propre, il serait important de consulter un expert en comportement pour vous aider.

Si après tous vos efforts vous n’arrivez toujours pas à trouver un logement pour vous et votre animal, de grâce, ne le laissez pas dans votre logement vide ou dans la rue! Avant de l’abandonner, essayez de lui trouver vous-même une nouvelle famille. Demandez à votre famille ou vos amis s’ils voudraient adopter votre animal. Affichez sa photo sur les réseaux sociaux ou chez votre vétérinaire, contactez des groupes de sauvetages (rescues) ainsi que les services animaliers de votre région. La plupart seront heureux de vous aider à placer votre animal dans une bonne famille en l’affichant sur leur site web.

Et en dernier recours, allez porter vous-même votre animal au refuge le plus près de chez vous. Ce n’est pas un geste facile, mais c’est beaucoup plus humain que de l’abandonner à son sort.

Pour plus d’informations et des ressources visitez : https://www.spca.com/?p=12977&lang=fr ainsi que https://www.spca.com/?p=6172&lang=fr