Des mises à mort de masse à prévoir


Depositphotos_11811656_originalSemble-t-il que le gouvernement provincial ait pris la décision de bannir les « nouveaux » chiens de type Pitbull et tous ceux qui malheureusement en partagent certains traits physiques, faisant fi de l’avis du comité d’experts qu’il avait lui-même mandaté pour le conseiller. Le projet de loi mentionnerait que les propriétaires actuels pourront garder leur chien s’ils respectent certaines conditions et le gouvernement assure qu’aucune mise à mort de masse n’aura lieu. Et pourtant…

Qu’adviendra-t-il des chiens dont les propriétaires n’auront pas les moyens de payer pour un permis spécial et les autres dépenses qu’ils auront à encourir pour respecter le nouveau règlement ? Des chiens qui se retrouveront dans les refuges après la date butoir ? Des chiots et des chiens adultes qui seront encore chez les éleveurs, éthiques ou non ?

Étant donné que le permis de garde de ce type de chien ne sera pas transférable, qu’arrivera-t-il quand le propriétaire tombera gravement malade, mourra, devra déménager dans un logement où les chiens sont interdits ?

Et qui devra se charger d’éliminer ces chiens ? Les vétérinaires, qui ont le bien-être animal à cœur ? Les refuges, qui fonctionnent déjà à pleine capacité et sans aucune aide financière ?

****

Depositphotos_54567989_originalTout le monde est d’accord, il faut encadrer les chiens potentiellement dangereux. Sévir envers les propriétaires et les éleveurs irresponsables. S’il le faut, éliminer les chiens qui de par leur comportement, ont démontré qu’ils ne pouvaient vivre en société. Mais bannir une race entière, quelle qu’elle soit, revient à brûler un verger entier à cause de quelques pommes pourries.

En ignorant l’avis des nombreux experts qui se sont prononcés contre la législation visant des races particulières, le gouvernement de Monsieur Couillard sera responsable de la mort de centaines, si ce n’est de milliers de chiens de type Pitbull en pleine santé et sans aucun problème de comportement. De bons chiens de famille qui n’ont comme défaut que leur apparence.

En tant que médecins, est-ce que Messieurs Couillard et Barrette accepteraient de tuer certains de leurs patients en santé simplement pour leur apparence physique ? La réponse est assurément non. C’est pourtant ce qu’ils imposeront aux vétérinaires et aux refuges du Québec. Et ceci ne fait que mettre en évidence leur manque de compassion et de jugement.

 

** J’ai délibérément choisi l’expression mise à mort, car ce qui attend ces chiens n’est pas l’euthanasie. Celle-ci est un geste de compassion envers un être vivant souffrant et sans espoir de guérison. Nous parlons donc ici de chiens en santé et sains d’esprits qui seront tués pour une question d’apparence physique.