Chiot malade, chiot perturbé


Chaque année, des milliers de chiots naissent au Québec. Combien de ces chiots seront en excellente santé mentale une fois devenus adultes? Combien seront de parfaits compagnons?

Le futur du chiot sera fortement influencé par les conditions d’élevage, et la mère jouera un rôle primordial dans celui-ci. Si la mère est anxieuse, mal nourrie, hyperactive ou hypersensible, bref, si elle n’est pas calme et confiante, le chiot sera fortement influencé par ces attitudes et ces comportements.

Le chiot unique sans fratrie (frères et sœurs) n’aura pas l’occasion d’apprendre à communiquer avec les autres chiens par le jeu. Son inhibition de la morsure sera souvent déficiente et, au final, sa confiance en lui sera instable.

Pour parfaire cette première éducation, le chiot doit avoir des contacts positifs avec différents chiens adultes. On nous explique, depuis des années, que la socialisation du chiot doit se faire avec différents humains (hommes, femmes, enfants, différentes nationalités et âges), mais elle doit également comprendre des rencontres avec des chiens adultes mâles et femelles de différentes races!

Par exemple, mes chiots sont toujours déstabilisés lorsqu’ils rencontrent mon chien chinois à crête. Ce chien nu est tellement différent de mes Nordiques! En effet, mes chiots se mordillent le poil du cou et se tirent par la queue. Mais quand le nu arrive… ils ne savent pas comment l’aborder! Il est important de noter que cette race de chien possède moins de poil que les chiens vus aux expositions canines! Savoir aborder une race miniature comme un Chihuahua ou une race géante comme un Grand Danois n’est pas inné.

L’environnement dans lequel vit le chiot, tant chez l’éleveur que chez le propriétaire, doit être riche en expériences. Le jeu doit faire partie de cette socialisation éducative sans toutefois donner naissance à une obsession!

Le jeu est le meilleur moyen d’éduquer un chiot. Entre chiots, le jeu est souvent explosif et part dans tous les sens. Par contre, le jeu entre un chiot et un adulte est éducatif et entraîne parfois de la frustration chez l’animal. Cette frustration est bénéfique, puisqu’elle enseigne au chiot à s’autocontrôler. Le jeu entre chiot et humain devrait lui aussi être éducatif et enseigner l’autocontrôle.

Les méthodes éducatives qui seront utilisées pour « dresser » le chiot seront, elles aussi, déterminantes pour son avenir et le développement de sa confiance en lui.

Quand on voit le « racisme canin » apparaître, on comprend qu’il est la conséquence de propriétaires et d’éleveurs irresponsables. Trouver un logement acceptant les chiens est devenu un sport extrême. Obtenir un permis de chenil n’est plus aussi facile qu’avant. Bannir une race est d’actualité. Il suffit de regarder du côté de nos voisins ontariens pour le voir!

L’éducation est primordiale, voire indispensable! C’est la responsabilité de tout propriétaire de chien d’éduquer celui-ci convenablement. Le jeu éducatif mal contrôlé peut vite se transformer en lutte de pouvoir et augmenter le risque d’agression… et les statistiques défavorables antichiens.

Prévenir le racisme canin 101

Socialisez et éduquez votre chien. Enseignez-lui l’obéissance sous forme de jeu. Pensez plus loin que le bout de votre nez! Même si vous trouvez amusant de voir votre chiot poursuivre le chat du voisin ou l’écureuil… vous encouragez son instinct de prédateur qui grimpera en flèche, jusqu’à la possible tuerie du chat ou l’attaque d’un bambin.

Les jouets qui couinent ne sont pas recommandés pour tous les chiens. Le chien possédant un fort instinct de prédateur sera stimulé par le son du jouet… qui imite la bestiole qui couine quand on la met à mort. Le chien devient obsédé par le jouet et le détruit en quelques minutes ou quelques heures.

L’usage abusif de jouets détruit la relation Homme-chien au point de pouvoir stimuler l’agression potentielle. Trop, c’est comme pas assez. Il faut savoir trouver la juste mesure.

Le jeu doit rester un jeu contrôlé et contrôlable par l’Homme. En jeu interactif, je décide quand le chien peut avoir ou non le jouet. Je décide quand il doit ouvrir sa gueule et me donner le jouet. Bref, je contrôle le jeu. Dès son plus jeune âge, le chiot doit apprendre que le jouet ou le partenaire de jeu n’est pas toujours disponible chaque fois qu’il le veut.

L’éducation, c’est enseigner au chiot les limites permises dans l’environnement où il vit. Vous exigez que vos enfants vous respectent, nettoient leur chambre, jouent de façon modérée (sans grimper dans les rideaux, sans crier et sauter au plafond), aident aux tâches ménagères… bref, vous les encadrez. Faites de même avec votre chiot dès le premier jour.

Pipi ici et ensuite promenade!

Assis et ensuite manger!

Viens et ensuite caresse!

Bref, votre chiot apprend que rien n’est gratuit dans la vie et que pour obtenir quelque chose, il doit faire le premier pas… c’est-à-dire avoir un comportement acceptable.