C’est décidé, je veux un cheval!


Depuis votre plus tendre enfance, vous rêvez de posséder votre propre cheval. La possession d’un cheval peut être une belle aventure, tout comme elle peut devenir un vrai cauchemar. Laissez-moi, dans cette première partie, vous éclairer un peu sur cette lourde décision pleine de conséquences.

veux_cheval_02Depuis quelques années, la télévision nous fait miroiter une image presque idyllique de la relation humain-cheval. On y voit une jeune fille montant à cru un cheval presque sauvage, au galop, le tout sur un fond de soleil couchant. Il n’en faut pas plus pour nous faire partir dans des rêves remplis d’étendues sauvages, la crinière de notre monture nous fouettant le visage… mais je me dois de vous arrêter immédiatement. Désolée de faire éclater votre bulle ainsi, mais sachez qu’avant même d’envisager un seul instant l’idée d’acquérir un cheval, il est très important de voir à certaines choses.

Avoir un cheval, qu’est-ce que cela implique?

Regardons avant tout ce qui motive votre intérêt. D’aussi loin que vous vous en rappelez, dès que vous croisez une clôture blanche à la campagne, votre cœur bat la chamade : vous êtes persuadé d’y apercevoir la silhouette d’un cheval au loin. Ou encore, votre voisin en possède un et vous regardez celui-ci faire sa randonnée quotidienne avec envie, chaque fois. Lorsque vous le voyez passer, une seule pensée habite votre esprit : « Un jour, ce sera mon tour ». Ou alors, vous suivez des cours d’équitation depuis plusieurs années et vous êtes enfin prêt à vous lancer.

D’une façon ou d’une autre, vous devriez sincèrement vous questionner sur votre décision finale. Une question importante est : pourquoi voulez-vous un cheval? Pour être marginal, parce que c’est une passion qui se réalise enfin, pour un coup de foudre inattendu ? Le choix d’acquérir un cheval n’est pas quelque chose qu’on peut prendre à la légère. Contrairement à un chat ou à un chien, qui se contente d’avoir une litière ou bien de sortir prendre l’air de temps en temps, les chevaux ont besoin d’espace pour s’épanouir pleinement. En milieu sauvage, ils parcourent presque 20 km par jour, simplement pour brouter. Ça fait réfléchir?

Avez-vous du temps à lui consacrer?

Autre chose à laquelle penser : le temps. Cela peut sembler banal, mais le cheval est un animal sociable qui adore avoir de la compagnie. Il a besoin de chaleur : qu’elle soit chevaline ou humaine, elle lui conviendra.

Certaines races sont d’autant plus sociables avec l’homme qu’avec leurs confrères à quatre pattes. Le temps que vous pouvez lui consacrer est donc très important, et je parle ici de temps de qualité (brossage, grattage, mise en liberté, travail au sol, monte, période de jeu), et non pas de venir le voir cinq minutes par jour pour ensuite le laisser confiné 23 heures 30 par jour dans un box de 10’ x 10’. Aimeriez-vous être coincé dans votre toilette de 3’x 8’ toute une journée? Cela fait beaucoup de choses auxquelles penser, n’est-ce pas?

veux_cheval_03Est-ce que votre budget vous le permet?

Il faut également regarder votre budget. Eh oui, même après l’achat, les frais mensuels sont fréquents. Si vous décidez de le mettre en pension, il est important de réfléchir à ce que vous désirez comme service. Plus il y a de services dans l’écurie, plus les prix sont élevés. Certaines places offrent des cours, des installations plus onéreuses comme un manège intérieur, un pâturage, etc. Là encore, ce sera à vous de juger en regardant vos besoins et afin de combler ceux de votre future monture.

Si vous décidez finalement de le mettre chez vous, là encore, certains coûts seront à prévoir. Le foin est l’aliment principal chez l’équidé. Une ration de foin de qualité, sans poussière, évitera les problèmes respiratoires. Il faut donc penser à un endroit où vous pourrez vous approvisionner. Si vous êtes déjà fermier, ce n’est pas un problème, mais si vous êtes un particulier qui ne possède que quelques arpents de terre, le foin peut devenir problématique.

Effectivement, certains producteurs ont parfois de la difficulté à fournir leur clientèle. Si la saison devient médiocre, il faudra sans doute penser à plusieurs alternatives pour combler le manque de nourriture durant la saison froide. Plus la saison avance, plus le foin devient coûteux. C’est-à-dire qu’un foin coupé en juin pourra se vendre environ 3 $ la balle carrée. En plein mois de février, la même balle pourra avoisiner les 4 à 5 $. Pourquoi cette hausse? Eh bien, lorsque le foin est déjà dans la grange, il en coûte plus de temps et d’énergie pour le sortir et le recharger, mais il y a également le fameux jeu de l’offre et de la demande. Plus le foin se fera rare une année et plus celui-ci prendra de la valeur. Mais l’année suivante, selon que la saison est bonne ou mauvaise, le foin sera soit à un juste prix ou augmentera davantage. Il faut également penser à l’entreposer au sec afin qu’il ne soit pas à la merci de Dame Nature.

veux_cheval_04L’entretien d’un cheval ne se limite pas seulement à le nourrir et à le sortir une fois par jour. La possibilité de le sortir plusieurs fois par semaine ou d’être à l’extérieur toute l’année sera très bénéfique pour son moral et pour son état mental. La possibilité de côtoyer ses confrères lui assurera une vie moins stressante. Un abri pour le protéger du vent et des intempéries serait souhaitable, ainsi qu’un accès à l’eau en tout temps. Il devra voir le forgeron environ toutes les sept ou huit semaines. Ensuite, une visite annuelle du vétérinaire est à conseiller afin de prévenir d’éventuels problèmes. Un vermifuge administré tous les trois mois est également conseillé, car cela permettra ainsi d’éviter toute infestation de parasite intestinal.

Comme vous l’aurez constaté, l’acquisition d’un cheval est vraiment une décision qui doit être prise à tête reposée. Vous devez vous lancer dans cette aventure en toute connaissance de cause. Parlant de connaissance, pourquoi ne pas bouquiner un peu?

Où se situent vos connaissances équines?

Bon, vous semblez décidé, mais vous n’y connaissez rien. Je vous arrête immédiatement! Prenez la peine de vous baigner dans le monde équin avant de faire le grand saut. Lisez beaucoup sur le sujet. Vous découvrirez plein de choses que vous ne saviez pas encore.

Plus vous lirez sur le sujet, et plus vous aurez de connaissances. Vous serez d’accord avec moi, les livres ne remplaceront jamais l’expérience pratique. Mais il y a un commencement à tout, et ce début est tout à fait acceptable. Par la suite, vous pourrez prendre des cours d’équitation ou encore côtoyer un voisin qui possède des chevaux et qui vous permettra de vous occuper de ceux-ci. Je vous propose donc de choisir une écurie où vous pourriez passer du temps à vous occuper des animaux et de leur entretien.

J’espère que cette première partie vous aidera à faire un choix éclaire et en connaissance de cause. Savoir prendre son temps dans cette décision est très avisé, car le cheval a une longévité de plus de 25 ans. Nous avons même déjà vu des chevaux passer le cap de la quarantaine.

Ce n’est donc pas un choix que l’on peut faire à la légère. Nous sommes loin des 12 ans du chat et des 15 ans du chien, n’est-ce pas?
À suivre avec L’achat d’un cheval : savoir faire le bon choix!